Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

C'est le moment de notre petit rendez-vous annuel et du bilan des ventes de l'année écoulée. En 2015, nous avons fêté les dix ans de çà et là et, contrairement aux prévisions de ma cartomancienne, cela n'a pas changé grand-chose à notre quotidien qui reste en forme de montagnes russes. Après un premier semestre difficile (aucun bouquin n'ayant trouvé son public en dehors du Petit Manuel du parfait réfugié politique), l'année s'est terminée sur une série de jolis succès avec TungstèneComment écrire un polar suédois sans se fatiguer et Trashed. D'un point de vue commercial, 2015 aura été une année mouvementée, mais finalement équilibrée. Le tableau ci-dessous récapitule les ventes en librairies au 31/12/2015 des douze nouveautés que nous avons publiées en 2015 (une de moins qu'en 2014).

 

Nouveautés 2015, ventes au 31/12/2015

Parution

Titre

Ventes

Retours

Ventes nettes

Janvier

Doctors

1 723

- 973

750

Février

Seule pour toujours

1 503

- 685

818

Mars

Mes chers samedis

1 777

- 983

794

Avril

Petit manuel du parfait réfugié politique

4 466

- 962

3 504

Mai

Point de fuite

1 130

- 452

678

Juin

Hiver Rouge

1 177

- 228

949

Juin

La Jérusalem du Pauvre

464

- 160

304

Août

Tungstène

4 774

- 199

4 575

Septembre

Déplacement 1

1 057

- 4

1 053

Septembre

Trashed

8 421

- 57

8 364

Octobre

Comment écrire un polar suédois sans se fatiguer

4 366

- 5

4 361

Novembre

Ruines

1 178

- 5

1 173

 

Petite analyse comparative : les ventes au 31/12/2015 des nouveautés parues en 2015 sont supérieures aux ventes au 31/12/2014 des nouveautés parues en 2014, avec des ventes moyennes de 2 277 exemplaires par nouveauté en 2015 contre 1 669 ex en 2014. Le succès des quatre titres cités plus haut explique cette hausse des ventes moyennes. En revanche la médiane des ventes reste stable mais très basse, à 1 001 exemplaires. Elle était de 1 105 exemplaires en 2014.

 

Cependant, comme l'année dernière, le tableau de ventes étalées sur deux années civiles reflète bien mieux la réalité des ventes à terme de nos nouveautés, puisque les libraires peuvent nous renvoyer (et se faire rembourser) les livres jusqu'à 12 mois après leur parution. Voici le tableau des ventes en librairies sur deux années de nos nouveautés parues en 2014.

 

Nouveautés 2014, ventes au 31/12/2015

Titre

Ventes

Retours

 Ventes nettes

Pompei

 1 032

 - 670

 362

Punk rock & mobile homes

 8 702

 - 1 042

 7 660

 Iron Bound

 1 227

 - 928

 299

 La Machine à Influencer

 6 849

 - 730

 6 119

 Angie Bongiolatti

 1 281

 - 897

 384

 Gast

 970

 - 492

 478

 Cratère XV

 1 189

 - 665

 524

 L'enfant inattendue

 1 177

 - 829

 348

 Serpents et Echelles

 1 489

 - 814

 675

 Voix de la nuit

 3 665

 - 827

 2 838

 Garçon manqué

 1 840

 - 535

 1 305

 L'Ere de l'égoïsme

 3 789

 - 357

 3 432

 Tsav 8

 1 487

 - 820

667

 

La moyenne des ventes sur deux années pour les nouveautés parues en 2014 est donc de 1 930 exemplaires. Celle des nouveautés parues en 2013 était de 2 652 exemplaires (mais 2013 était une année atypique avec deux cartons : Mon Ami Dahmer et Annie Sullivan & Helen Keller). Principale observation: la médiane des ventes s'élève à 667 ex. C'est-à-dire que la moitié de nos livres sortis en 2014 se sont vendus in fine à moins de 667 ex... Cette tendance ne change pas vraiment puisque la médiane des ventes sur deux ans des nouveautés 2013 était de 712 exemplaires. Ce constat est toujours aussi désespérant, on ne s'y fait pas... En revanche, on peut signaler un nouveau phénomène qui n'apparaît pas dans ce tableau: les ventes du fonds (livres parus il y a plus de deux ans) ont sensiblement augmenté et représentent pour la première fois une part significative de nos ventes (près de 30% en 2015). Outre la grande satisfaction de voir des livres se vendre sur une longue durée, le fait d'avoir des livres de fonds est intéressant car ce sont des ventes régulières par opposition aux ventes des nouveautés qui sont très aléatoires. Plus les ventes de fonds d'un éditeur sont importantes, plus sa trésorerie est stable. Est-ce que cette évolution est structurelle ou conjoncturelle ? Nous en saurons plus fin 2016...

Petite nouveauté, cette année je vous livre de nouveaux indicateurs: la répartition de nos ventes par réseau. En 2015, la Fnac (y compris leur site de vente) représente 17,5% de nos ventes totales, Amazon 4,5%, le réseau Furet du Nord 1,5%, Cultura 1% et les Espaces Leclerc 1%. Tout le reste, soit environ 75% des ventes de nos livres, est réalisé par les librairies indépendantes (généralistes ou spécialisées bandes dessinées). On comprend donc facilement l'importance de ces librairies pour des petits éditeurs comme çà et là. Pour compléter ce tableau de nos ventes en librairies, un autre chiffre intéressant : sur les 1 400 librairies - tous réseaux confondus - qui ont vendu au moins un de nos livres en 2015, les 300 premières, soit 21%, représentent 85% de nos ventes, illustration quasi parfaite du principe de Pareto. Une dernière série de chiffres, juste pour le plaisir : les ventes en Belgique représentent environ 9% de nos ventes totales, celles au Canada un peu plus de 1% et celles en Suisse un peu moins de 1%.

Enfin, n'oublions surtout pas que les ventes de livres, c'est important, mais ce n'est pas tout (sinon il faudrait changer de métier). Côté lauriers, 2015 ne s'est pas mal passée du tout, avec le Prix Millepages pour Ruines, le Petit manuel du parfait réfugié politique séléctionné au festival bdboum de Blois, deux livres sélectionnés pour le prix Artémisia (Point de Fuite et Hiver Rouge), Tungstène finaliste du Grand Prix de la Critique ACBD, et last but not least, l'annonce en décembre que nous avions trois livres en compétition au Festival d'Angoulême ; Hiver RougeDoctors et Tungstène.

Rendez-vous l'année prochaine pour la suite de l'histoire !

 

Serge


 

Bilan 2015, une année mouvementée

Partager cet article

Repost 0