Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le deuxième tirage du Château l'Attente de Linda Medley est en rupture depuis aujourd'hui chez notre distributeur. Le livre est toujours disponible chez de nombreux libraires, mais les nouvelles commandes ne pourront pas êtres livrées avant l'arrivée de la troisième édition au Comptoir des Indépendants (notre  distributeur chéri) vers le 25 janvier.

Nous sommes à la fois évidemment ravis de ce succès et désolés pour les lecteurs qui devront prendre leur mal en patience. Nous avions anticipé cette rupture et lancé un retirage de 4500 exemplaires fin décembre, mais la rupture est arrivée plus tôt que prévu.

Pour ceux d'entre vous qui se disent: 
" mais ils sont bêtes chez çà et là, pourquoi donc qu'ils ne retirent pas 10000 exemplaires d'un coup ???
ou encore 
" mais pourquoi donc ils laissent un livre en rupture dans les bacs ??? ",
voici quelques explications:

Notre cher Château l'Attente l'est à plusieurs égards, et notamment en ce qui concerne son coût de fabrication (près de 6 euros l'exemplaire). Nous ne pouvons donc pas nous permettre de faire de trop gros tirages (pas assez de sous en banque, et puis à plus de 5000 ex le risque devient insensé pour un livre à 26 euros d'un auteur inconnu en France). A l'inverse, difficile de faire un tirage inférieur à 4000 exemplaires sinon le coût unitaire de chaque livre monte en flêche.

4500 ex pour un livre qui coûte 6 euros à fabriquer, ça donne déjà quelques sueurs froides... Pour vous donner un ordre d'idées, nos plus gros tirages jusqu'ici étaient de 2500 exemplaires (pour Pedro & Moi et Ma Mère était une très belle femme par exemple). Pas facile de décider de lancer un retirage dans ces conditions, surtout qu'avec un prix de vente à 26 euros (choisi pour que le livre soit relativement accessible), le point mort de chaque tirage est à 3000 exemplaires...

Autre paramètre dans le cas du Château: les délais de fabrication. Compte tenu du nombre de pages (464) et des petites subtilités qui nécessitent un travail manuel, il faut compter plus de 3 semaines pour fabriquer 4500 exemplaires. Ce qui implique donc de prendre la décision de retirage avant de savoir à quel moment le livre sera en rupture, ou dans quelle mesure il va continuer à se vendre une fois le retirage livré au distributeur...

Voilà, c'est bête comme choux, mais c'est le lot de tous les éditeurs indépendants lorsqu'ils choisissent de sortir un "gros" livre.

Dans un prochain post, nous aborderons la problématique de l'élasticité prix et nous étudierons l'impact du cours du dollars sur le coût du papier à la tonne (nan, j'rigole !).


Tag(s) : #infoscaetla

Partager cet article

Repost 0