Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Pendant que certains s'amusent à faire du pop corn avec leurs téléphones portables, des éditeurs travaillent  d'arrache-pied, jours et nuits, sept jours sur sept. Par exemple moi, je viens de passer un week-end à New York à lire des bandes dessinées et rencontrer des auteurs, on peut dire que j'ai le sens du sacrifice.

Après avoir participé aux deux premières éditions du New York Comicon (le pendant east-coastien du San Diego Comicon, la plus grosse convention BD aux US), j'étais revenu un peu déprimé. L'abondance de zouaves déguisés en Chevaliers Jedi, Batman et autres Narutos m'avait refroidi, sans compter la présence de gigantesques stands consacrés aux jeux vidéos et  la multitude d'ex vedettes has-been de séries tv (cf mon compte rendu
).

Du coup cette année j'ai préféré aller au Mocca, la convention organisée par le Museum of Comic and Cartoon Art, qui a lieu chaque année en juin depuis 4 ou 5 ans. Eh bien je n'ai pas été deçu du voyage ! Le Mocca c'est un peu comme un rêve devenu réalité, un Angoulême idéal, le Nirvana de la bande dessinée US indépendante (c'est -à-dire pas mainstream, donc sans super héros). La plupart des auteurs et éditeurs à suivre étaient là, de Matt Kindt à Liz Prince, en passant par Alex Robinson
, Gary Panter, Kim Deitch, Linda Barry, et même Michel Gondry, venu présenter son dernier comic book...



L'occasion de vérifier le dynamisme et la diversité de la bande dessinée indé aux Etats-Unis, et que le phénomène du "graphic novel" semble cette fois être parti pour durer. Pour ceux que ça intéresse, vous trouverez
ici un petit reportage en photo et le détail du programme et des participants.







Tag(s) : #trucs bidules

Partager cet article

Repost 0