Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Dans Alec, comment devenir Artiste, Eddie Campbell brosse la petite histoire du comics indé anglais et de son énorme impact sur la bande dessinée américaine à la fin des années 80, tout en faisant le parallèle avec sa carrière d'auteur (ou plutôt de celle de son alter ego, Alec MacGarry). Une carrière plutôt chaotique, Eddie ayant gagné très tôt l'estime de ses pairs et de la critique, mais très tardivement de quoi vivre de son oeuvre (il lui faudra attendre la vente des droits d'adaptation de From Hell à la Warner).



Et donc, dans ce troisième volume de la série, notre ami Alec continue de se poser les questions existentielles dont les lecteurs des deux premiers opus sont coutumiers. Comme là:



Un très vieux débat remonte alors à la surface quant au travail de Roy Lichtenstein à partir de cases issues de comics américains. Eddie Campbell ayant d'ailleurs à plusieurs reprises affirmé sa position, en l'occurence - pour la faire courte - que la réinterprétation de ces cases dans des formats géants en faisait des oeuvres artistiques à part entière.

Pour ceux que ce thème intéresse, allez jeter un coup d'oeil sur le site de David Barsalou, Deconstructing Roy Lichtenstein, où on peut voir une longue série de tableaux du peintre juxtaposés aux cases des comics d'origine. L'effet visuel est saisissant.



(images chipés sur le site en question)




Tag(s) : #infoscaetla

Partager cet article

Repost 0