Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Depuis la début de la semaine, vous pouvez trouver dans toutes les bonnes librairies le premier volume de notre anthologie consacrée à la mythique série American Splendor de Harvey Pekar. American Splendor est l'une des toutes premières autobiographies réalisées en bande dessinée aux Etats-Unis (après Binky Brown Meets The Holy Virgin Mary de Justin Green publié en 1972).


Passablement névrosé et maniaque, Pekar est surtout un scénariste hors pair, qui a fait sa propre éducation littéraire après des études courtes et une entrée précoce sur le marché du travail. Il cite parmi ses influences les écrivains Henry Miller, Henry Roth et... Emile Zola, ce qui est relativement peu courant pour un auteur de bandes dessinées de sa génération. Pekar est le père spirituel d'une génération entière d'auteurs américains qui se consacrèrent par la suite à l'autobiographie. Il est également le premier auteur de bande dessinée à avoir auto-édité une série, puisque le premier numéro de American Spendor est sorti en 1976 (avant donc Cerebus en 77 et Elfquest en 78 qui sont généralement cités comme les pionniers de l'auto édition). Chaque numéro, publié une fois par an, comptait 64 pages et une douzaine d'histoires courtes écrites par Harvey Pekar et illustrées par différents dessinateurs de la scène indépendante américaine de Robert Crumb à Joe Sacco en passant par Jim Woodring.


(La couverture du premier numéro de la série, avec le célèbre logo créé par Gary Dumm et Greg Budgett en référence aux comics américains des années 40 et 50.)

Pekar publia American Splendor à un rythme annuel jusqu'en 1991, Dark Horse Comics repris ensuite la publication de nouveaux numéros pendant une douzaine d'années. Depuis 2006, la série est publiée à un rythme irrégulier par DC Comics. Entre temps, excellente adaptation cinématographique de la série est sortie en 2003. Réalisé par Shari Springer Berman et Robert Pulcini, le film a remporté Grand Prix du Festival de Sundance 2003 et a été sélectionné au Festival de Cannes la même année.



Agé de 70 ans, Pekar reste toujours très actif, d'autant plus qu'il est à la retraite en 2001. Il a récemment participé à de nombreuses biographies historiques, souvent sur des personnages ou mouvements politiques (les SDS, la Beat Generation etc..), continue d'écrire des histoires de American Splendor pour DC Comics (publiées en France par Panini Comics) et aborde de nouveaux territoires, comme l'écriture d'un opéra jazz l'année dernière ou d'histoires pour le Pekar Project sur le site Smith.



L'Anthologie American Splendor que nous publions regroupera en trois volumes une sélection des meilleures histoires de la série, couvrant la période "historique", depuis la création en 1976 jusqu'en 2006. Le choix des histoires a été réalisé par Jean-Paul Jennequin (également traducteur du livre) en concertation avec Harvey Pekar. Les auteurs d'origine ont également participé à ce premier volume (Garry Dumm a notamment scanné tous ses originaux des années 1970). Nous avons collaboré avec les Editions Cornélius sur les pages de Robert Crumb choisies pour être dans le premier volume (une petite quarantaine) car Cornélius publiera vers mars 2010 l'intégrale des histoires de American Splendor dessinées par Crumb, l'adaptation du recueil Bob & Harv's Comics.




Le premier volume de l'anthologie est consacré aux origines de la série avec des histoires publiées en 1976 et 1982 (issues des sept premiers numéros). Pekar a commencé à travailler sur le projet au tout début des années 1970, les premières histoires écrites datent donc de cette période, mais ne sachant pas dessiner, il fait appel à des auteurs issus de l'underground ou bien tout juste sortis de l'école d'art. Cinq dessinateurs vont ainsi collaborer avec Pekar sur cette période. Dans un premier temps il recrute des jeunes artistes locaux, Garry Dumm, Greg Budgett et Gerry Shamray, tous habitants de Cleveland. Mais il demande également à Robert Crumb qu'il connait de longue date et qui est à l'origine du projet de dessiner certaines des premières histoires.


(Extrait de la première histoire dessinée par Dumm et Budget dans le numéro 1 de American Splendor. Cette histoire de 25 pages n'avait pas été ré-éditée depuis sa parution originale en 1976.)
(Pekar le collectionneur compulsif, croqué par Crumb.)

Cette variété de dessinateurs est le "trademark" de
American Splendor. Les styles graphiques sont parfois très marqués par leur époque, ou plus intemporels comme le superbe travail d'après photos réalisé par Gerry Shamray.



Pekar a été qualifié par les medias américains (qui font rarement dans la demi-mesure) de "Mark Twain de la classe ouvrière" (Variety) ou encore de "Lenny Bruce de la bande dessinée" (Time Magazine). En tout état de cause, American Splendor est une oeuvre que l'on peut qualifier d'incontournable.



(The Man)



Tag(s) : #infoscaetla

Partager cet article

Repost 0