Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


Ville Nouvelle de Lukasz Wojciewicz est notre première parution de l’après-confinement. Initialement prévu pour une publication le 19 mars, ce petit livre atypique est finalement sorti le 6 juin dernier.

 

J’ai eu connaissance du projet de Ville Nouvelle en 2018, alors que je recherchais des bandes dessinées d’Europe de l’Est que nous pourrions publier en France (nous avons depuis édité Alerte Rouge en provenance de Slovénie et Kolya de Russie). L’agent* Nicolas Grivel, à qui je demandais s’il avait vent de projets intéressants en Pologne, m’avait sorti de son chapeau cet ovni d’un auteur inconnu au bataillon. Lukasz Wojciewicz, qui partage avec moi le privilège d’avoir un nom de famille comportant un nombre incongru de consonnes, est architecte en exercice. Son agence, VROA Architekci, a notamment assuré la rénovation du Musée d’Art Contemporain de la ville de Wroclaw. Comme beaucoup d’architectes, Lukasz a un penchant prononcé pour la bande dessinée et il a décidé de s’y mettre avec Ville Nouvelle, son premier livre, dans lequel il livre sa perception de son métier, un regard critique sur les dérives de l’urbanisme de l’après-guerre et une satire du mouvement brutaliste (de béton brut). L’histoire, étalée sur une vingtaine d’années, retranscrit les tribulations d’un cabinet d’architectes qui prend en charge la reconstruction d’une ville quelque part en Europe à la fin des années 1950. Le projet est initialement humaniste et visionnaire mais il dérive progressivement vers d’imposantes constructions froides, sans vie, où l’homme n’a plus sa place. Le premier chapitre, historiquement plausible, laisse place au fil des pages à un récit dystopique et se termine en 1977 avec une ville et un cabinet d’architectes sans homme ni femme, gérés par des intelligences artificielles défaillantes...

 

Ville Nouvelle marie habilement le fond et la forme puisque l’histoire a été entièrement dessinée sous AutoCAD, le logiciel de référence des architectes et urbanistes, ce qui donne aux pages du livre un rendu inhabituel avec des traits extrêmement fins (AutoCad est un logiciel de dessin vectoriel**) et des dessins tirés au cordeau. Pour avoir partagé les bureaux d’urbanistes pendant quatre ans, nous avons un peu eu l’impression en travaillant sur Ville Nouvelle de revoir les plans qui étaient imprimés sur des énormes rouleaux de papier par nos anciens voisins de bureaux.

 

Petite précision, Ville Nouvelle devait paraître en 2019 en Pologne mais le livre n’est toujours pas sorti dans ce pays. L’édition française est donc la toute première édition de cet ouvrage remarquable. Et c’est également la première fois que nous publions un auteur de ce pays. Notons également que Lukasz Wojciewicz est un véritable touche-à-tout, car il conçoit aussi des courts métrages d’animation, tout aussi intéressants que son travail de dessinateur. Ceux qu’il a réalisés (animation et musique) pendant le confinement sont visibles ici.

Last but not least, nous pouvons d’ores et déjà annoncer que nous publierons en 2021 le prochain livre de Lukasz, qui aura pour thème architecture et nazisme.

 

Vous savez ce qu’il vous reste à faire !

Serge

 

* Un agent, c’est quoi, au juste  ?
Dans le cas de Ville Nouvelle, il s’agit d’une personne qui présente à des éditeurs français des ouvrages publiés par des éditeurs étrangers pour essayer de leur vendre les droits de publication en langue française. Un agent peut également faire l’inverse et représenter des auteurs ou éditeurs français pour vendre les droits de leurs titres à des éditeurs étrangers. L’agent identifie les éditeurs intéressants pour chaque titre, leur présente les ouvrages de la façon la plus attractive possible, organise des enchères quand plusieurs éditeurs sont intéressés par le même titre et négocie les termes du contrat (montant de l’avance, niveau de royalties, durée des droits etc). L’agent peut représenter des auteurs, des éditeurs, voire même d’autres agents (par exemple certains agents français travaillent pour le compte d’agents américains). On distingue les agents littéraires (qui proposent des projets de livres en amont de leur création à des éditeurs pour le compte d’auteurs) et les agents qui gèrent les ventes de droits étrangers. En terme de rémunération, l’agent est en général rémunéré à la commission : il prend un pourcentage sur les montants obtenus auprès des éditeurs, en général cette commission varie entre 10 et 20 %.

 

** Un « dessin vectoriel », mais encore ?
Les principaux logiciels de dessin par ordinateur, et au premier chef Photoshop, créent des images bitmap, c’est à dire composées de pixels (points d’écran). Chaque dessin comporte alors des milliers, voire des millions de points, ce qui explique que le poids de fichiers est relativement lourd (le poids varie également en fonction du nombre de couleurs utilisées et de la définition de l’image, mais c’est un autre sujet). Les dessins réalisés sur papier et ensuite scannés sont également au format bitmap (jpg, png, gif ou tiff), et donc composés de pixels. Le dessin vectoriel est une approche radicalement différente ; dans les logiciels de dessin vectoriel (Illustrator ou dans le cas de Ville Nouvelle, AutoCAD), les dessins sont composés de vecteurs mathématiques et non de points. Par exemple un arc de cercle sera défini comme une courbe mathématique allant de tel endroit à tel endroit de l’écran et de telle épaisseur, alors que le même arc de cercle au format bitmap comportera énormément de points. Le dessin vectoriel présente plusieurs avantages : les fichiers sont très légers (car il y a beaucoup moins d’informations) et d’autre part ils n’ont pas de limite de définition. Quand vous zoomez dans une photo, vous obtenez rapidement une image pixelisée et vous voyez la trame de l’image sous forme de points. Quand on zoome dans un dessin vectoriel, le trait conserve toujours la même définition ; que vous zoomiez 10 fois ou 1 000 fois sur une ligne vectorisée, l’aspect de la ligne sera toujours aussi régulier, car elle est définie comme un vecteur et pas comme une somme de points.

 

Urbanisme, brutalisme et vecteurs
Urbanisme, brutalisme et vecteursUrbanisme, brutalisme et vecteursUrbanisme, brutalisme et vecteurs
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :