Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


Notre parution de février est Soleil Mécanique, le nouvel ovni de Lukasz Wojciechowski, cet auteur polonais dont nous avons publié le premier titre, Ville Nouvelle, en juin 2020. Lukasz Wojciechowski est un architecte et universitaire reconnu en Pologne. Passionné par la bande dessinée, il s’est lancé dans ce medium il y a quelques années, ce qui nous vaut ces deux livres (qui sont d’ailleurs encore inédits dans le reste du monde, y compris en Pologne). Après Ville Nouvelle, qui abordait le thème de l’urbanisme débridé au cours de la reconstruction post Seconde Guerre mondiale, Lukasz Wojciechowski se penche avec Soleil Mécanique sur les relations d’amour/haine entre le régime nazi et l’architecture.

Soleil Mécanique se déroule à la fin des années 1930 en Tchécoslovaquie, dans la ville de Hradec Králové non loin de la frontière avec la Pologne. Bohumil Balda, un petit architecte de province, est passionné par l’architecture moderne et fasciné par le soleil qu’il tente d’intégrer dans tous ses projets. Initialement peu ragoûté par l’idéologie nazie, il va se retrouver progressivement impliqué avec le IIIe Reich car les responsables locaux du parti nazi lui confient de plus en plus de travaux. Galvanisé et subjugué par les moyens colossaux mis à sa disposition, Balda va glisser dans la folie, jusqu’à aller trop loin dans ses délires, même aux yeux de ses dangereux commanditaires.

Lukasz Wojciechowski montre comment cet architecte qui était pourtant très éloigné de l’idéologie nazie succombe peu à peu à la fascination pour les délires de grandeur de ses interlocuteurs, excité par la possibilité de réaliser ses projets les plus fous. A travers cette histoire, l’auteur aborde évidemment le thème de la collaboration de très nombreux architectes européens avec les régimes nazis et fascistes, comme Albert Speer ou Giuseppe Terragni, mais aussi les ingénieurs, designers et industriels et de très nombreux artistes....

Soleil Mécanique jongle adroitement entre réalité (à travers les très nombreuses références aux architectes de cette époque, aux bâtiments de la ville de Hradec Králové et même aux outils de travail de Bohumil Balda), faux vrai (avec des simili photos de la maison de Balda et des maquettes de ses travaux) et fiction (l’histoire de cet architecte qui n’a jamais existé). La spécificité du travail de Lukasz Wojciechowski est qu’il utilise pour dessiner ses histoires sur des architectes les propres outils de création des architectes, comme le logiciel AutoCAD, ce qui donne un rendu singulier à ses dessins et renforce cette sensation de mise en abyme. Par moment, on ne sait plus trop ce qui est réel ou ce qui relève de la fiction.

Notons aussi que Lukasz Wojciechowski réalise aussi des petits courts métrages d’animation dont il a également composé la musique. Voici celui qu’il a fait pour présenter Soleil Mécanique : https://www.youtube.com/watch?v=zFKlh8e37zQ

Vous savez ce qu’il vous reste à faire !

Serge

Architecture, nazisme et AutoCAD
Architecture, nazisme et AutoCADArchitecture, nazisme et AutoCADArchitecture, nazisme et AutoCAD
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :