Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog


En librairie depuis le 16 avril, Acacia 22 d’Edgar Camacho est notre première bande dessinée mexicaine, ce qui est déjà un petit événement en soi. Camacho est l’un des jeunes auteurs les plus prometteurs de son pays et il commence tout juste à se faire connaître au-delà des frontières avec les parutions quasi simultanées de son roman graphique Onion Skin aux Etats-Unis et d’Acacia 22 en France.

Ayant eu vent l’année dernière de l’annonce de la parution de son livre aux Etats-Unis, j’ai contacté Edgar Camacho pour lui demander le pdf d’Onion Skin, qui m’a intéressé mais pas au point de le publier. Mais comme j’avais accroché à son style, je lui ai demandé s’il avait d’autres projets sous le coude et il m’a alors envoyé Acacia 22, réalisé grâce à une subvention mais qui n’avait pas encore été publié où que ce soit. Pour le coup, j’ai beaucoup apprécié cette histoire et nous avons « fait affaire » sur ce titre. Après quelques échanges et petites modifications, le livre sort enfin, traduit par la pimpante Émilie Gleason (autrice du remarquable Ted drôle de Coco paru chez Atrabile, et belgo-mexicaine de son état).

Acacia 22 est une courte histoire vivifiante et enjouée, les destins croisés de deux jeunes mexicaines qui portent le même prénom, habitent le même appartement au 22 de la rue Acacia à Mexico et commencent toutes deux leur vie d’adulte, sauf que l’une vit dans les années 1970 et l’autre dans les années 2020. On suit avec délices les histoires de ces deux personnages très attachants confrontés à une société dans laquelle les femmes ont souvent du mal à se faire une place.

Edgar Camacho est un auteur à suivre, qui fait un travail remarquable sur la narration (il adore croiser les périodes temporelles dans un récit, avoir recours au flashbacks, multiplier les points de vue et tutti quanti). Mais Edgar Camacho aime également triturer le dessin et laisser libre cours à son imagination débridée pour multiplier des effets (contre-plongées extrêmes, effets de déformation fisheye). On sent chez cet auteur une jubilation à imaginer un découpage très dynamique et à le mettre en images, pour le plus grand plaisir des lecteurs et lectrices. La presse n’est du reste pas insensible au talent d’Edgar Camacho :

"Une vraie bonne surprise." BDGest

"Magnifique, tendre et solaire, cet album est une véritable bouffée d’espoir dans les parutions du printemps." Zoo

"Edgar Camacho jongle entre les époques et déploie de belles trouvailles visuelles pour illustrer le temps qui passe." Le Figaro

"Le trait et la mise en couleurs sont impressionnants et donnent à ce magnifique récit complet un vraie originalité et un souffle printanier !" Canal BD Magazine

"Acacia 22 est sans conteste la très belle surprise de ce mois d’avril 2021 !" Comixtrip

"En jonglant habilement entre passé et présent, Edgar Camacho démontre une grande habilité en matière de narration." dBD


Vous savez ce qu’il vous reste à faire !
Serge (sous ton soleil qui chante iiii)

Mexico, Mexiiicoooooooo !
Mexico, Mexiiicoooooooo !Mexico, Mexiiicoooooooo !Mexico, Mexiiicoooooooo !
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :